Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2005 3 09 /11 /novembre /2005 00:00

[ Music : Kenji Kawai - Log Off ]  

La France abyssale profonde.

 

 J'ai reçu une plainte anonyme de monsieur de villiers (groupuscule minuscules volontaires ET déterminées), sous la surprenante forme d'un petit cercueil tout mignon : noir, avec un croissant et une étoile, rouges tous deux, délicatement gravés sur le dessus.

 

Ayant offert à la vindicte numérique, pas plus tard qu’hier l'expression de mon plus parfait mépris sous-entendu, je doute malgré tout que cela provienne de la L.C.R.,

Il y avait, de plus et en dedans du précieux paquet, sur papier Bible : mon nom.

 

En dessous une inscription en latin signifiant « Dieu aura ton âme, et sans anesthésie ». (Je ne mets la majuscule à « Dieu » que par craindre des foudres divines et des flammes de banlieue de l’enfer, en cas).

Vous imaginez mon émoi. Je suis en effet plus sensible qu’un adolescent paraissant en comparution immédiate, hors la présence des caméras : j'ai pleuré. Oui. Un peu.

Et la magnifique excitation érectile qui faisait ma fierté, comme lors de chaque rencontre avec ma préposée des Postes, s'est vite dissipée. Plus rapidement qu'une promesse électorale c’est dire.

Dans l'ascenseur du retour, je m'interrogeais.

Quel ennemi pourrais-je donc bien avoir ?

La boulangère, récemment vertement tancée pour une insupportable attente, injustifiée ?

La vulgaire cliente du monoprix déjà évoquée en ces pages ?

  

L'amant transi d'une ancienne maitresse d’école ?

 

 

Non.

Aucun ne dispose de mes coordonnées. J'en change souvent. Tout comme je change régulièrement d'identité : pour empêcher notamment que le ministre intériorisé  la « femelle Alien » insultée provoquée évoquée dans ces pages ne retrouve ma trace. Et, certes, également par peur du complot musulman américain « global et invisible » (là, je crois que c’est clair), puisque Paris brûle bien. Si, c’est vrai : ils le disent sur C.N.N.

Et vous vous demandez : Comment ai-je su ?

En regardant attentivement de mon œil national vieillissant mais valide, j’ai découvert qu’un nom était inscrit sur le bordereau de retour du petit paquet recommandé, délicatement enrobé je le signale par soucis du détail des fois que Spielberg il ne me lise, d'un papier à l'esthétique régulière et « fleur-de-lys-sale ».

 

« J’vous ai apporté des lilas » (le belge est nul en botanique : la preuve, il est royaliste !)

 

 

J’ai donc bien fait d'exclure les révolutionnaires rouges : ils n’aiment pas les fleurs, c’est de notoriété publique. Ils n'aiment que les faucilles, les marteaux, et le sang qui s'en repend.

Malgré ces éléments, une hésitation me saisit.

Non. Inimaginable. Il ne pouvait s’agir de l'auteur-phare de la littérature militaro-érotique de la fin du siècle passé où les fleurs font mal, et les yeux piquent après 17 secondes de lecture, alors que pourtant y'a de vrais mots dedans. L'arlequin de l'espionnage, le pornographe réactionnaire : vous l’aurez reconnu : Gérard de Villiers. Non.

 

Lui, il a sans doute gagné le prix Goncourt, contrairement à Houellebecq ! tralalalalère !! 

Conseil d'utilisation : à lire d'une main, si vous le voulez bien.

 

J'ai donc reçu une plainte anonyme de Philippe de Villiers. J’ai l’insoutenable légèreté de le penser. Oui. L’authentique fantôme ancestral des joyeuses croisades me menace.

 

Ici apprenant à ses militants à danser une version nationaliste de la « Macarena ».

 Pourtant, cet homme avait jusqu’a présent toute ma sympathie, étant moi même catholique intégriste par le père, à tendance « juifophobe » de banlieue verte par Noël Mamère la mère.

 Mais je ne peux depuis ses dernières déclarations persister dans cette folie que de suivre le fou du Puy de lui-même, tant les chasses qu'il semble vouloir provoquer évoquent des torrents de réprobation, parfois même jusque chez les plus conservateurs des extrémistes de la droite borgne, qui sont pourtant progressistes en matière d’excommunications diverses, si possible au lance-flamme ou à l’électricité *(1) que, au hasard, soyons fous : Joe Dassin ?

 

Comprenez-moi bien. Je ne parle pas de ses récents aveux dans Paris-Match (« le poids d'la dernière reine d'Angleterre, le choc des corps à Monaco ») à propos de son passé de « hardeur » dans diverses productions versaillaises de film érotico-gallo-politiques avec de vrais hommes en pantalon de velours, et de vraies femmes habillées à l'écossaise pour les plaids, et « à la policière » pour les délicieuses jupes et ballerine bleues marines, parfois sobrement agrémentées de délicieuses socquettes blanches en vrai poil de lapin national-français.

Vous connaissez-tous je présume ces insoutenables scènes d'accouchement, les familles de douze enfants (plus le treizième gratuit), le drap troué, toute cette lumière éteinte et les cris sur fond de cantiques ... Bref, vous avez probablement, et non sans surprise allumé en mode « treize heures » la première chaine nationale-populiste de temps de cerveau désœuvré français disponible. 

 

L'un de ces hommes serait encore vivant, mais lequel ?

 

(Photos offertes gracieusement par l'office nationaliste du tourisme)

 

Nationaliste fier mais interloqué, j'ai donc appelé Phiphi (nous sommes très proches depuis le dernier festival "travail famille patrie" l’occupation) pour obtenir quelques éclaircissements.

Devant la menace révélée, il m'a fallu essayer de lui expliquer qu'il était dans l'erreur.

Malcommode.

 

Dans la mesure où sa patience rejoint le plus souvent son goût proverbial pour l'altérité, la tolérance, la découverte et l'ouverture aux autres cultures.

 

 

Malaisé donc, que de raisonner celui-là même qui s'oppose de toutes ses forces moyenâgeuses à l'entrée des toilettes turques dans nos commodités communautaires, avec une noblesse si pure qu'elle frise la consanguinité avec le Maréchal Pétain. Qui n’était lui-même pas la moitié d’un buveur d’eau gazeuse : on le sait jusqu’à Vichy, où se vendent de magnifiques francisques « copies originales du modèle » François Mitterrand.

Je lui  rappelais pourtant jusqu'au siège de Vienne en septembre 1683, tandis que Nicolas Fouquet mourrait en l'Auberge du Damoiseau, sans marquer la moindre attention pour l'agonie du pape Innocent XI, ni la courageuse résistance de Vienne devant les hérétiques *(2).

 

 

Sans même songer sérieusement à me reproduire *(3), j’ai réalisé qu’il me faudrait faire preuve de patience, et d'acte de pénitence repentance paix.

Vous auriez sans doute eu la même idée que moi :

Bon sang mais c’est bien sûr ! Un « sex-toy » semblait idéal pour marquer entre nous un vrai signe d’apaisement. Et permettre à nos rapports (sic) de renaitre sous le signe du plaisir.

Arpentant sans relâche les arcanes les plus sérieuses du commerce électrique nucléaire électronique, j’ai trouvé ce délicieux accessoire : 

« Ne convient pas à un enfant de moins de 18 ans »

 

Je lui ai donc envoyé un exemplaire (je dispose d'une confortable fortune acquise quand nos grands pères respectifs collaboraient du mieux qu'ils pouvaient avec l'occupant. Et ce n'est pas facile quand on ne parle pas un TRAITRE mot de la langue teutonne).

Je demeure à ce jour dans l'impatiente attente de ses nouvelles. Je ne manquerai pas de vous tenir informés des réactions du phiphi. Comme il se doit, car je vous aime presqu’autant que les tomates farcies.

 

 

Bonjour chez vous …

 

 

 

AnT, de chez Smith en face

xxx


*(1) Souvenir de celle qui éclairait, il n’y a pas si longtemps, les faubourgs d'Alger avant que ne soit généralisé le nucléaire, sensiblement moins pratique pour les "trivial pursuit en petit comités", le joueur interrogé attaché, chaque mauvaise réponse tarifée 220 volts environ.

*(2) Version largement soumise à réserve historiques, et bonheur littéraire. Disponible d'un clic sur : Imprimatur . Avertissement : il est prférable de savoir lire avant de cliquer. Unijambistes acceptés sur présentation d'un mot de vos parents. Les orphelins unijambistes sont priés de ne pas la ramener, merci.

*(3) J’éprouve, seul je l'avoue, de réelles difficultés à y parvenir. Ma production personnelle d'ovaires semble souffir de ma débordante activité spermatozoïdaire. J'en suis navré.


Remerciements : Jean-Paul II, qui lui-même inspira dans ses dernières années le canard susmentionné (Clara Morgane, tu sors, j’ai écris « sus » et non « suce »).

 Message personnel : Chérie… Le modèle « Donald Duck » existe ! Tu en veux un pour noël ?

Message personnel 2 : Philippe, je crois que tu as reçu mon cadeau, ainsi qu’en atteste cette image. Dis... Tu me pardonnes ? 

Méfiez-vous !! Être de droite accélère le syndrome parkinson (new scientist) Alors l'extrême-droite, vous pensez ...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MARIO KEKIC 19/06/2007 12:28

Le vol du météoreJe n’étais qu’un enfant alors, mais à mesureQue le Soleil levant, rendait ma raison mûre,Comme des rayons d’or sur la Lune semés,Je remplissais en moi les sillons consumés.En écoutant la voix qui ne me parlait pas,Je frayai le chemin qu’emprunteraient mes pas.Dans un silence fou, apercevant son dais,J’apostrophais Dieu, mais nul ne répondait !Je n’aurais pas laissé une seule seconde,A ces moments perdus dont se meure le monde.J’avais brûlé mon sang, à ce feu de mon cœur,Sacrifiant le jour, cherchant une lueur.Je ne sais quel instant profond de vérité ?M’emmenait d’une idée vers ce lieu lacté !Etait-ce un souvenir aveugle de l’amour,Qui pour un tel effort justifia le tour ?Etait-ce qu’exaltant mon âme jusqu’au culte,Je craignis que le sol ne lui fût une insulte ?Au prix de ce bonheur, que mille fois je meure !Car je vis mille fois en de pareilles heures !Les heures que pourtant demandait le séjour,Sur des nuages blancs, chevauchant le contour,Assaillirent mes flancs en un large soupir !Je compris qu’à présent j’allais m’épanouir !Par un fil dans les yeux, épousant les ténèbres,Mon nombril se rivât au fond de mes vertèbresEt des deux bords du temps, inspira ma pensée,De ces liens du corps enfin débarrassée.Emportés par le vent, je percevais les ondes,Couvrant l’éternité d’interminables rondes ;Mes ailes de lumière en séant à mon âme,Eclipsaient à mes sens le néant qui se pâme.A l’arrêt temporel, d’éden redescendu,Avec un sentiment de paradis perdu,A présent, le passé de telles destinées,Marie mon souvenir aux images innées.Parfois, se retrouvant en terrain imprévu,Un seul coup d’oeil connaît ce qu’il n’a jamais vuEt dans la certitude ou le réveil le plonge,Invisible des yeux, l’ut visité en songe !Qand le chant sidéral, haï de la ténèbre,Au pays de l'azur et des rêves d'orphée,Prédéstine l'aurore à ce héros célébre,Cet Y échéant de son sein le trophée.L'artifice funèbre éblouis du matin,Ecoute en ces lieux l'ode mélodieuse,Déchirant en lambeaux sa robe de satin,Pour aller célébrer la voix silencieuse.Ainsi l'étoile acouche un jour emerveillé,Du temps prenant sa part, à la vie amoureux,De sa belle maîtresse au joug ensoleillé,Ephemère rosée sur le sol vaporeux.Longtemps pourtant la fleur apres que le déluge,Enhivré et lassé de ce vin et d'amour,Oubliant d'investir un semblant de refuge,Echape la pensée vétue de ce velours.

MARIO KEKIC
TIMEBUSTER

AnT 29/03/2007 18:58

Je suis presque d'accord ave ce qu'a indiqué le malade mental au dessus. Presque ^^
(reste à deviner si je parle de l'auteur de l'article ou du commentaire .. euh .. J'dois préciser ?)

AnT, de chez moi-même, ici 09/11/2005 23:51

Petite annonce expresse.

Suite à meilleure affaire fantasmée.

Recherche d'urgence tueur à gages pour me débarrasser de concubine légitime.

Disparition du corps exigée.

S'adresser au taulier, qui répondra.

Euh.

Transmettra.

- Merci -

Uma T. 09/11/2005 23:14

Mon Chéri,

merci infiniment d'avoir prévu si tôt mon cadeau de Noël!

En revanche si tu pouvais, éventuellement, en guise d'amuse-bouche, trouver le modèle Roger Rabbit, histoire de s'en servir d'ici fin décembre...

Tes tomates farcies, mon Amour, je te les fais chauffer pour quelle heure?

Ne Travaille par trop pour tes lecteurs assoifés de Toi, Pense à nos Sex-Toys!

A tout à l'heure...

You'Ma

:-x

AnT, de chez Smith en face 26/06/2007 13:34

I'm comiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnng ! :p

Inedire...

Guigner

Indices

Inedire est dédié à la mémoire de Roger Desjardins   


"C’est très beau un arbre dans un cimetière. On dirait un cercueil qui pousse."
(Pierre Doris)

Club privé, exhibitionniste



BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones moins bons que le mien

Si vous connaissez un homme de l'art (de la gaudriole à tendance pas trop sérieuse) professionnellement hétérosexuel (de préférence) et tout disposé à sortir de l'indigence financière en laquelle l'enlise son peu d'études l'auteur, réalisateur et interprète de ces lignes, n'hésitez pas, je vous prie, à lui transmettre mes coordonnées... Inedire [at] hotmail.fr. Merci ! échantillons disponibles 

Je suis plus beau que Charles de Gaulle ... Et moins mort, aussi !

 

 

 
Rien à déclarer ?

France Inter Pourlessourds

Archives

Apophtegme



Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais.
[ Danny Oscar Wilde ]



A propos




Non, je n'ai pas prêté mon corps le temps de la réalisation de cette réclame.

Inedire est interdit aux anglais (les plombiers polonais seront tolérés, s'ils sont vaccinés)

Il y aurait actuellement    cellules cancéreuses dans votre corps, dont   qui viennent de se réveiller...  Mauvaise nouvelle, nope ?



Vous avez remarqué ? Le formulaire d'abonnement à la lettre d'infos est en haut, et à droite... Alors que cet espace est notoirement apolitique de gauche ! Curieux, non ?