Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 17:56

[ Music : Massive Attack - Teardrops ]

(bouton à gauche pour écouter)

"Sois sage, ô ma douleur, et tiens toi plus tranquille..."

Je suis mort.

Pas encore 35 ans. Un poids raisonnable de mots et d'amour.

Et mort.

Déjà !

Il est assez probable, en l'état de mes menues connaissances en plastique humaine et autres rigidités cadavériques *(1), qu'à ce moment même que vous volez à votre employeur pour me lire, diverses parties de mon anatomie soient, déjà, en train de découvrir les joies du froid, sinon de la glace.

Et sans patins, contrairement aux exhibitionnistes olympiques turinois anodins.

Rendons grâce en passant à nos vos chers athlètes, assez réservés pour ne pas s'être trop offerts à la véhémente facilité des caméras ordinaires, en refusant le plus souvent de s'habiller de médailles miraculeuses, qu'elles soient d'or ou de Sainte Danielle Gilbert :

Ici lors d'une soirée transformiste avec VGE.

En cette heure funeste (c'est la mienne : elle est funeste vous dis-je), d'aucuns pourraient, et gratuitement ça me désespère, être en train de profiter des éléments mécaniques qui firent de son vivant la fierté de mon corps :

 

 

Mon cœur (car j'en avais un, moi aussi),

Mes intestins et leur proverbeuse proverbiale légendaire fluidité :

J'ai pris ici les intestins de Spirou, c'est pour illustrer ^^

  

Mon outre à alcool estomac et sa délicate souplesse :

 

(Suggestion de préparation)

Ces délicieuses cornées vertes, grises et marronnasses qui firent l'éclat de mon regard :

 

(Mes yeux à moi que j'avais)

 

L'une de mes nombreuses mains gauches personnelles (sans savoir ce que j'en fis, parfois, et avec qui) :

(Accessoire indispensable pour réaliser une baffe digne de ce nom)

Ou tout autre organe qui fut aussi trépidant qu’utile, et que j’ai choisi d’offrir aux plus nécessiteux de mes congénères. Maintenant qu’j'suis mort alors autant qu'ça serve !

Sauf que, si ça s'trouve, ils ont filé mes organes à des juifs. OU à des musulmans. OU à des chrétiens. OU à des bouddhistes !

Peut-être même pas des intégristes en plus, alors que j'exigeais de mon bandant respirant buvant vivant la laïcité totale et non négociable de mes organes, même reproductifs.

Comme qui dirait « l’idée me désoblige ».

Faut avouer qu’à l’époque, j’évitais jusqu’à l’eau de peur qu’elle ne fut bénite, lui préférant avec constance pour accompagner mes cotes de porc casher des Premières Côtes de Blayes Hallal.

Idée cadeau

Je fais remarquer  aux futurs pilleurs de cadavres anglais qui ne l'auraient pas encore compris à la lecture des lignes précédentes qu'il ne reste donc plus de ma dépouille que des abats, plutôt indigestes inutiles. Ils pourront donc s’économiser le pied de biche et la scie circulaire, et s'épargner la peine des efforts concomitants à la pourtant judicieuse idée d'économiser l’achat de quelques boites à leurs chiens en leur donnant à grailler de l'humain sans conservateur ni grippe volaillère. Qu'on se le dise : déterrer mon cadavre est inutile.

Sauf si vous êtes joueurs et désirez avoir la preuve formelle que je ne fus pas le fils caché d’Yves Montand bien sûr. Mais je vous le rappelle à toutes fins et non sans fierté : je n’étais « que » le fils de mon père.

Bon.

Ma mort (qui fut courte et rigolote, merci pour elle), peut être considérée comme une bonne nouvelles par De Villiers, Besancenot, Sarkozy et autres démagogues médiatiques parfois griffés avec les ongles égratignés au fil de ces pages, au long-court de quelques révoltes ordinaires.

Mes mots vont donc se taire.

Mes maux, également.

Les vers feront leurs œuvres, basses et liminaires à l'oubli, sans jamais, les mécréants, allumer quelques bougies ou déclamer la moindre merveille de Baudelaire, Vian, Vialatte ou Kipling pour rendre hommage au vivant que je fus.

Quel mauvais goût dans le gâchis !

A bas les vers ! (et les communistes aussi, mais moins car eux ont cessé de manger les enfants)

Notez, il y a du bon dans cette mort. Ma mort.

Je peux désormais regarder, en boucle, "Dead like me" et la première saison de "Six feet under" en savourant d’un œil neuf les sujets évoqués.

J’peux même écouter à plein volume la symphonie du nouveau monde de Dvorak. Surtout le solo de guitare à la fin.

 

De plus, mon cancer n'a pas gagné :

AnToine : 1 - Cancer : 0

Beaucoup ne peuvent s'enorgueillir d'un tel score... Hein !?

Des métastasés pour me contredire ?

Bien.

Notez, tralala, que je sais enfin, moi, et au contraire de vous misérables vivants, si j'avais tord de médire dieu et d'en nier la réalité en graphitant sur les murs des citations de Nietzche *(2).

J'espère que les femmes que je n'ai pas connu, bibliquement, ne m'en voudront pas trop.

Il n’y a plus d’abonné au numéro qu’Uma a demandé.

Mais bon, comme j'suis mort, cela m'importe à peu près autant que la victoire de la droite en 2007.

Non j'exagère. Votez à gauche, quelle que soit la candidate. S'il vous plait. En mémoire de moi. Même une femelle poisson rouge, même une ancienne langue de pute langue de Blois ministre de la télévision et de la radio culture. N'importe qui. Mais n'obligez pas mon cadavre à pourrir lentement sous les privatisations mortifères des cimetières anodins de la droite ordinaire. Laissez de l'espoir, même aux morts, même à moi. Votez pour moi Votez, en mémoire de moi. Votez à gauche. Même si c'est de l'ersatz de gauche : une fausse gauche qui ne fait pas bander rêver, c'est plus généreux que de l'authentique droite. Ça fait moins mal. Même aux morts. S'il vous plait.

Vous Remarquez que si cela ne vous plait pas, mon âme avilie dans ce corps pourrissant est prête à vous maudire pour de nombreuses générations. Ou, alternativement, ruiner votre connexion internet. Ou votre sexualité. Les deux ne sont pas forcément liés, messieurs.

Rappelez-vous que j'ai l'éternité pour me consacrer à mes malédictions personnelles. Et sachez que de la terre normande dans laquelle je repose, vous devriez considérer cette menace avec grande méfiance, sinon bonhommique circonspection *(3).

 

Car le normand peut, aussi, porter malheur. C'est de notoriété authentiquement historique. Demandez au maréchal Rommel, qui n’a jamais fait salle comble à Rouen, même pour son meilleur one man show, celui de 44, pourtant sobrement intitulé « Made in Normandy ». Il a bu le viandox bouillon : malédiction normande. CQFD.

Bon.

 

J'suis mort.

 

J'peux désormais veiller sur les miens.

 

Et ceux que j'aime.

Y'en a...

Et avec les maitres du passé entretenir, peut-être, de nouveaux commerces ?

Alors que vous, vous aurez TF Haine tous les soirs, jusqu'à ce que mort s'en suive : Imaginez. Vous ne gagnez pas au change.

Bon

J'suis mort.

Aussi, vais-je vous laisser aux étoiles...

Attendez !

Je viens de recevoir un texto de Jésus Christ.

Putain c'est d'l'araméen ! Déjà qu'jsuis une buse en allemand, alors l'araméen !

Un effort. Je pars en camping dans de jolis baraquements sans chauffage en Pologne me concentre.

 

 

AnT ...

(oui c'est moi : j'ai déjà du bol : ce n'est pas une erreur !)

Tu es ...

(oui, « je suis » : c'est bon signe. Un verbe. Comme dirait Jean l'Evangéliste : « un bon début » !)

  

clignotant imaginaire -> ... Ressuscité ! <- clignotant imaginaire

Trop la classe, quand l'on sait que vous n'êtes qu'électeurs....

Bon bah.

Alors j'vous donne rendez-vous très vite, ici même sans doute (si je n'arrive pas à pirater le site d'un ministère pour y glisser mon blog à la place).

 

Quel est le programme ?

J'dois rencontrer Joe Strummer Dassin ce soir.

* Joie *

 

 

Bonjour chez vous ...

AnT, de chez Smith en face, pour deux mille ans de plus ^^

xxx

PS : recherche reins, intestins, estomac bien accroché, foi, rate, cornées, cœur, poumons, sexe (africains  acceptés), et quelques litres de sang impur pour abreuver mes sillons. Seule condition : en état de marche : c'est pour une urgence. Faire offre au taulier, qui transmettra.


 

*(1) Des connaissances au demeurant irréprochables, obtenues en croisant l'examen attentif des scènes humano-charcutières de CSI NY avec les astuces culinaires de Thalie.

 

*(2) Pas le footballeur : l'autre.

 *(3) Les règles de la grammaire ordinaire ne s'appliquent pas aux mort j'te f'rais dire, alors tes commentaires désobligeants sur mes ludiques explorations lexicales, tu te les tailles en pointe, et tu vises l'orifice de ton choix pour te l'introduire, hein..

Remerciements : Jésus Christ, forcément. Quoi que.

Le saviez-vous : en utilisant Internet Explorer, et en promenant vos souris sur les images, vous découvrirez des commentaires secrets. Si. C'est dingue, nope ?

Partager cet article

Repost 0
Published by AnT, de chez Smith en face - dans Currahee
commenter cet article

commentaires

Godzilla 09/03/2006 16:07

J'ei retrouvé le foi de jim morrison.
 
Interessé ?

fabienne 02/03/2006 16:26

moults félicitations et autres billevesées pour votre ressuscitation.attention toutefois à l'abus de choucroute.

crevette rose 01/03/2006 22:01

Bien....Quel bonheur que Dieu ait choisi de vous resusciter.  Si Dieu avait pu faire aussi que je puisse voir les commentaires cachés sous Firefox ce qui m'aurait dispensée de relancer ce vieux IE pourri à moi que j'ai. Pour votre demande d'organes : oserais-je dire que si vous me rendez un certain service vous aurez  loisir à vous servir en organes et en plus il y en aura pour tous les âges, toutes les sortes (femelle, mâle....). Enfin " je te f'rais dire " ( pour vous citer) que l'auteur allemand compte un S entre le Z et le C, ce n'est pas parce que vous êtes ressuscité qu'il faut faire se retourner les morts dans leurs tombes ;)

AnT, de chez Smith en face 02/03/2006 07:23

Chère Sheila ...

Vous l'avez compris : Dieu est du côté de 'crosoft : raison de plus de s'en méfier.

Concernant vos "suggestions organiques" : j'y réfléchis, j'y réfléchis. J'hésite encore de peur de me retrouver avec un vagin non désiré et de longues années de réclusion  : une crevasse sépare parfois l'envie de l'audace ^^

Enfin, concernant NietzSche, je ne sais que choisir, entre la cyber-baffe et la cyber-honte. Je n'écouterai plus les suggestions orthographiques de mon aspirateur vert.

Inedire...

Guigner

Indices

Inedire est dédié à la mémoire de Roger Desjardins   


"C’est très beau un arbre dans un cimetière. On dirait un cercueil qui pousse."
(Pierre Doris)

Club privé, exhibitionniste



BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones moins bons que le mien

Si vous connaissez un homme de l'art (de la gaudriole à tendance pas trop sérieuse) professionnellement hétérosexuel (de préférence) et tout disposé à sortir de l'indigence financière en laquelle l'enlise son peu d'études l'auteur, réalisateur et interprète de ces lignes, n'hésitez pas, je vous prie, à lui transmettre mes coordonnées... Inedire [at] hotmail.fr. Merci ! échantillons disponibles 

Je suis plus beau que Charles de Gaulle ... Et moins mort, aussi !

 

 

 
Rien à déclarer ?

France Inter Pourlessourds

Archives

Apophtegme



Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais.
[ Danny Oscar Wilde ]



A propos




Non, je n'ai pas prêté mon corps le temps de la réalisation de cette réclame.

Inedire est interdit aux anglais (les plombiers polonais seront tolérés, s'ils sont vaccinés)

Il y aurait actuellement    cellules cancéreuses dans votre corps, dont   qui viennent de se réveiller...  Mauvaise nouvelle, nope ?



Vous avez remarqué ? Le formulaire d'abonnement à la lettre d'infos est en haut, et à droite... Alors que cet espace est notoirement apolitique de gauche ! Curieux, non ?