Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2006 5 08 /09 /septembre /2006 14:07

L’arbre qui cache (mal) la forêt.

 
Chers voyeurs écrans-spectateurs.
 
Je vais aujourd'hui vous démontrer, et par l'exemple comme il se doit, pourquoi les billets, ça ne pousse pas dans les arbres. Non.
 
 
La scène, fort anodine au départ, se déroula hier : jeudi 7 septembre 2006 de la calendaire  christique.
Je me rendis alors au pressing, pour y déposer un pull marine (sans toucher le moindre poil adjanien droit d’auteur, soit écrit en passant) récemment souillé.
La discussion avec la vendeuse, une quinquagénaire ordinaire à pétulance de centre commercial, s'engage. Sur de forts bons augures je dois dire écrire, puisqu'elle me signala un bijou oublié sur le vêtement par la Belle Humaine qui me le confiait peu avant.
 
Au moment de régler : une consultation expresse de mon porte monnaie révéla la triste vérité : mon solde était insuffisant, j'en étais réduit à me faire les poches, comme le premier pickpocket victime de la maladie d’Alzheimer venu.
Palpation de poche donc, et billet de 20 sous la main : je suis sauvé du ridicule consumériste qu’éprouve parfois les pauvres qui souhaitent acheter au dessus de leurs petits moyens.!
 
Je tends donc le précieux sésame monétaire vers l’aspirante rombière à chapeau, qui ne portait alors pas de chapeau, quand soudain, tandis que je m'apprêtais à m'en mutiler dépouiller séparer : le dit billet, encore plié mais manifestement bien réveillé, sauta*(1) sans crier « gare*(2) ! » de mes mains, dans en la direction précise de la dame (qui n'était pourtant pas si désirable, je vous assure).
 
 
Elle le rattrape... assez facilement (alors qu'on devine qu'elle n'était pas, en sa désormais lointaine jeunesse, la preum’s en sport du lycée).
 
 
Elle de sourire, et, toute fière, d’improviser dans un éclair de lucidité malicieuse exceptionnel en ce plein milieu d'après-midi de centre commercial, cette affirmation délicieusement saugrenue :
« Il est vivant ! » Puis de me rendre la monnaie, dans la grâce inespérée d'un sourire sincère.
 
Et moi de répondre, sans tactique, du tac au tac :
« Faudrait que j'en trouve un autre, pour qu'ils puissent se reproduire ! »
 
Des fois, j'ai de jolies idées, moi.
 
Vous ne trouvez pas ?
 
 
Et puis... C'est presque la preuve que les pièces, ce n’est pas la peine de les planter : ça ne pousse pas ! Non plus que les billets ne tombent des arbres, non !!
 
Non.
 
La vérité, je vais, moi simple contribuable, vous la dire, nue :
 
Les billets, ils niquent dans les bosquets des jardins de la banque de France. C'est pour cela que les murs en sont hauts : c'est pour préserver la morale et nos vos les enfants.
 
Je sais, de plus, que ces pauvres bêtes, elles fatiguent en ce moment, comme chez leur congénères humains : les billets mâles ne peuvent aujourd'hui plus suivre les cadences sexuelles infernales imposées par les femelles. Et ils baissent leurs petits bras de billets de banque, en lieu et place de leur boxer de marque. Et ils se reproduisent moins, accessoirement.
 
Et après, on s'étonne de manquer de blé, d'oseille ...
 
C’est que, les billets de banques, ils sont occupés à monter dans les arbres pour échapper aux femelles. Donc, les billets, ils ne poussent pas dans les arbres : ils se cachent et se reposent !
 
CQFD.
 
 
 
Bonjour chez vous…
 
 
 
AnT, de chez Smith en face, dans le rouge aussi, souvent
xxx
 
PS : Suite à l'article d'hier, les plaintes de Messieurs jaques Brel, Miles Davis, et Joe Strummer sont jugées recevables : ils sont pour moi d'authentiques références.
En revanche, les allégations de monsieur Douste-Blazy (A.K.A. « Le con d'orsay » ou « Mickey d'Orsay »), ainsi que celles de Jean-Gabriel Leroy de la Raie : sont déclarées infondées : je ne les considère donc pas comme constitutifs de mon être.
 
Remerciements :
G., par courriel, ce 8 septembre 2006
 
« Hourra pour le retour d’Inédire ! Pour les chats dans les réfrigérateurs, les araignées au plafond, et les clés à molettes qui décorent les aquariums… Et merci pour les sourires que ces nouvelles chroniques suscitent. »
 
Merci......
*(1) Je ne sais encore aujourd'hui, avec exactitude, si l'argent me brule mes p'tits doigts de pyromane, ce qui est vrai, ou si j'avais de l'argent sale à faire blanchir par la chafouine commerçante, ce qui est faux
 
*(2) ni  « train ! » ni même « pony express ! »

Partager cet article

Repost 0
Published by AnT, de chez Smith en face - dans Dans (la solitude de) mes alpages...
commenter cet article

commentaires

jc 17/09/2006 15:38

1 er visite chez toi et je me suis marré..;comme pas possible

AnT, de chez Smith en face 19/09/2006 15:47

Bin si, c'est possible : la preuve !

Sister of Night 10/09/2006 01:18

Que de finesse dans le traitement de l'idée, de légèreté dans la plume, de vivacité d'esprit. Désolée de me répandre ainsi avec tant de trémolos dans la voie (euh, dans le clavier), mais j'ai adoré ce "billet" d'humeur. Je brûle d'impatience du prochain. Belle vision des choses.
D'ailleurs c'est bien connu, on confie ses sous à l'Ecureuil (ou autre) pour qu'il "fasse des petits".
Sister "ils vécurent heureux et eurent plein de petits biffetons"

AnT, de chez Smith en face 10/09/2006 12:50

Je l'avoue, j'ai subtilisé ce billet à Philipe Douste-Blazy. C'est donc lui, le vrai talent créatif ! Je ne suis que copiste (et le correcteur orthographique humain : deux heures à corriger les fautes : là fut mon exploit ! ^^).

Chère dithyrambeuse, c'est donc Philippe, qu'il faut dithyramber !
- AnT -

manou 09/09/2006 19:30

Fasse le ciel (par exemple, mais tout élément féminin est aussi accepté) que l'argent ne brule pas vos doigts d'or et que le monde du web vous conserve longtemps en l'état.

AnT, de chez Smith en face 10/09/2006 12:42

Touché...
Mais... Je n'ai donc trompé aucun instinct féminin en me prévalant d'une possible homosexualité ?
Je ne pense pas changer... Nous verrons si ce sera toujours le cas sur les antennes nationales ? ;-) A propos, si vous voulez bien leur signaler que j'existe, et que je suis formidable......

- AnT -

schoumi 09/09/2006 17:33

toujours aussi admirablement raconté !!! quelle belle plume vous avez là m'sieur inedire et comme vous nous avez manqué durant l'été !!!

AnT, de chez Smith en face 10/09/2006 12:36

(émotion normande)
Arrêtez je vous en prie ! Je suis sensible aux compliments, et suis au bord de l'érection !

Menfin !! ^^

- AnT -

jc 09/09/2006 15:58

vraiment bon ton post...............j'me suis régalé a lire

AnT, de chez Smith en face 10/09/2006 12:34

Merci bien !
J'ai remplacé (les) deux/ trois neurones défaillants cet été, et fais un stage en Belgique de littérature cycliste appliqué : je dois donc beaucoup au "pot belge".

- AnT -

Inedire...

Guigner

Indices

Inedire est dédié à la mémoire de Roger Desjardins   


"C’est très beau un arbre dans un cimetière. On dirait un cercueil qui pousse."
(Pierre Doris)

Club privé, exhibitionniste



BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones moins bons que le mien

Si vous connaissez un homme de l'art (de la gaudriole à tendance pas trop sérieuse) professionnellement hétérosexuel (de préférence) et tout disposé à sortir de l'indigence financière en laquelle l'enlise son peu d'études l'auteur, réalisateur et interprète de ces lignes, n'hésitez pas, je vous prie, à lui transmettre mes coordonnées... Inedire [at] hotmail.fr. Merci ! échantillons disponibles 

Je suis plus beau que Charles de Gaulle ... Et moins mort, aussi !

 

 

 
Rien à déclarer ?

France Inter Pourlessourds

Archives

Apophtegme



Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais.
[ Danny Oscar Wilde ]



A propos




Non, je n'ai pas prêté mon corps le temps de la réalisation de cette réclame.

Inedire est interdit aux anglais (les plombiers polonais seront tolérés, s'ils sont vaccinés)

Il y aurait actuellement    cellules cancéreuses dans votre corps, dont   qui viennent de se réveiller...  Mauvaise nouvelle, nope ?



Vous avez remarqué ? Le formulaire d'abonnement à la lettre d'infos est en haut, et à droite... Alors que cet espace est notoirement apolitique de gauche ! Curieux, non ?