Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2005 1 10 /10 /octobre /2005 00:00

[ Music : Piece by Piece (album) - Katie Melua ]

Journey to ...

Magique ...


Samedi 20h50


Début de soirée, la plume aux aguets, le clavier en éveil. L'excercice serait... D'amplifier l'espace d'une pensée le grondement de mots pour en faire des phrases sonores comme les pas d'un géant. Il y a là une ambiance. Tamisée de brume, pénétrée de moiteur. On ne sait encore si elle est blanche ou chaude.

Quelle musique accompagnerait le voyage ?

De la manche le hasard tire la carte chance : ce seront les familliarités récentes de Katie Melua...

"Shy Boy" (...)

Déjà, la contrebasse impose le rythme de ce voyage : ce sera "une saison en Amour" .. S'assoir à côté de la fenêtre d'un café .. Ville pluvieuse, teintes de gris. La pluie .. S'y assoir chaque jour, à, timiditeR, observer l'autre ... Saluer ? Vous n'y pensez pas .. On peut faire si facile .. Je vais vous dire ... J'ai justement envie de timidité .. Pas de publicité dans les yeux, de mensonges dans le discours .. Juste savoir que le rêve peut se réaliser .. IL suffit d'une réciproque, une évidence de radio .. Quoi que je demande, je connais la réponse de l'autre ... Une réserve, un contact, des poignets qui se frôlent d'indécence ... Il n'est pas 21h00 et déjà les mots transpirent ... Ambiance de fumée (de dragon ?) dans l'antre des mots : le chaudron est brûlant .. Réaliser le rêve .. Juste demander ... Certains qui peuvent le moins peuvent le plus .. Juste essayer, voyager .. Réveiller en soufflant à son oreille le sauvage qui sommeille en l'autre ... Et dépasser .. La timidité ...

Acte 2, 20h56 - "Nine Million B." (...)

Tout ceci ne prend qu'un instant au creux de la roue de la vie .K.. Les mots se pâment d'orient, saveurs d'épices en douceurs enrobées .. Nous ne nions rien, mais constatons .. Aimer ... La seule réponse à la mort. Les limites n'existent pas : elles sont présumées .. Comme la Liberté et la Chance de la présence de l'Autre. Feu. Brasier. Mensonges ? Aux mensonges de la bêtise j'impose ma foi en l'Amour .. Je n'abjure pas même les détails ... Petit ? Au delà de tout .. Y' a plus d'échelles de mesures, plus de guerres même .... Que des mots qui inspirent le respect, respirent la présence au foyer des certitudes. Funanbules que nous sommes, des deux cotés du monde, sans fatigue : de regards en explorations .... Il y a les fêtes, les faites, les toits qui protègent de bien des malheurs ...
Quand l'expiration te soulève aux lisières de mon sang.

20h59 - "Piece by piece"


Retour à la lenteur. Rythme d'oreiller. Est-ce le sommeil ou l'éveil ? Quel côté du miroir placer les lèvres, sur des baisers de profondeurs dans la peau ? Qui part en lambeau, comme autant de défenses secouées par le moindre baiser .. Abandon progressif ... Des rêves sans sens auxquels se retenir ... Sécurité de souvenirs au présent : souviens-toi de tes choix !  Coeur à coeur, raccords : aux armes et aux bonheurs, l'une après l'autre. Quand tout devient intense et dissipe jusqu'aux ombres du visage. Sensation d'immédiat. D'une lèvre à un baiser, du regard à une caresse, d'un geste à un souffle .. Nous échangeons des mots qui ne consentent à s'en laisser conter ou a se laisser prendre ..

 

21h03 - "Halfway up of The Hundhu Kush"


Dès le premier regard, charmeurs de serpents. Nous devenons frissons, prédateurs sauvages dans des contrées inconnues .. Se montrer les invisibles, partager de la Liberté en se prenant à deux ... Un regard qui circule de l'avant au côté .. Et le tour suivant, c'est pire : il a suffit de ton odeur sur un vieux pull ... Cette sensation de flotter dans son enfance, parfois quelques instants, parfois jusqu'à voler ... Des libertés, jusqu'aux bouts des souffles. A réveiller la montagne quand elle se dit sorcière .... Ton imagination n'a pas de limites : elle est ton ventre ! Il te faut la digérer chaque seconde au point que l'on s'éventre ... A se vider de tout, on renait à la vie : présence de cycles et d'autres espoirs ....
La poésie automatique n'existe pas : c'est un métier de manuels, de polisseurs, de tailleurs de pierres sans cesse insatisfaits, à peine du chef-d'oeuvre .. Ces volontés poussent l'Homme ...


21h06 - "Blues in the night"


Une mère sans inquiéude, comme un blues de Billie Holliday, quand l'autre te tire les veines de sa voix .. On peut appeler cela de mille façons : y'a un truc ... Y'a un tour de passe passe, une carte chance (la seconde) à plier des vents contraires aux 40èmes ...
La trompette est l'instrument majeur du solo blues. Elle gêmit, se soumet, courbe l'échine et, toujours, narquoise, revient dans un coin de l'écran (de la feuille, aurait dit le poête) pour t'alimenter d'une ironie de doutes, du "la Vie c'est maintenant" et toi tu comprends .. La musique est soeur de ton sang .. Le blues se promène (coule en v1) dans ton être ... Un genre de peine à trainer des générations à l'enfer : une certitude, une évidence pour ce qu'elle invite dans son mot seul au mouvement ...
Maman ne me disait pas .. Elle restait là ... Pas un grand garçon qui n'ai connu cela .... J'ai déjà tourné les mots dans d'autres directions, dos à d'autres soleils de poussières dans le contre-jour du quotidien.

21h10 - "Spider's web"


L'araignée ou la toile ?
Ironies sur coussin de paradoxes ?
Ils vous en faut quoi, les Humains, pour vous réveiller ? Avec le temps, on apprends certains trucs ... La lumière entre vérité et mensonge : de l'épaisseur d'un souffle au travers une note. Y'a des couleurs dans le mélange qui dépassent le mélange ... Rythme de croisière en apaisé, comment savoir ?
La distance et l'épaisseur du sentiment font les rencontres.
La lumière ....
Devrions-nous vivre ? Donner ? Porter la gloire des succès passés ?
La Lumière ...
Quand les mots te dévoilent et que tu ne peux plus penser qu'à une chose, c'est leur martelement dedans ta tête, dans les muscles de tes bras et jusqu'aux doigts agités d'une ivre fièvre (ennivrés en v1) tant il est rapide, le rythme : la semence produit sans discernement : il lui faut de l'espace .. Elle l'exige et le dévore .. Et parfois .. Disparait ....


21h14 - "Blue Shoes"


Et dire qu'il ne s'agit que du premier voyage .. Ou du centième, quelle importance ? Quand on se sent bien, qu'on se sent de l'enfer comme maintenant .... Perdu dans l'abandon, mais avec de nouvelles parades. Comme un associé de poker, des trucs injustes qu'on ignore ...

Des états de tristesse et de rues sombres.
Des peurs de lumières...
Je rentre à la maison. J'm'en fous. On se retrouve toujours dans sa maison .. Pleurer sous la pluie, est-ce moins pleurer ? Quels sont les curieux qui conviendront à mon âme ? Quels sont les Rares à visiter les puits de mon coeur ? Saigner dans le sable .. Mais avec dignité. Vous en voulez du courage ? Changez de peau, osez vous mentir pour mieux vous retrouver. Faites un tour. Balancez. Comme entrainé dans un rythme peut-être ? Jeux de fluides ... J'absorbe ... Y Compris l'enfer pour ceux qui l'ignorent. On peut cesser d'exprimer, il reste, manière de sentiments, quelques souvenirs qui nous vêtent autant qu'on s'en drappe ...


21h19 - "On the road again"

Exctinction des feux
Voyage en première.
En train.
Un train de vie.
Un truc à plusieurs
Et sans attaches ...

Premier essai ...
La neige ...
Lenteur et incertitudes,
La vitesse, aussi ...

Un début d'exigence
On se débrouille seul, et vite
On te dit : "soit gentil avec dieu",
Si tu ne le fais pas pour toi, fais le pour moi ...

Il faut les surveiller, les horizons
Savoir se mettre à poil en absurdie
Et sans pleurer. Prendre un chapeau.
Une main suffirait.

Y'a des gens de plus sur nos chemins,
Des trésors d'évidences,
Des joyaux de la terre, des perles de mer,
Des qui vous font le sang, vivant.

Peux pas savoir;
Peut pas comprendre;
Juste s'assoir et savourer;
du soleil à l'orage.

Y'a des défis dans la guitare,
Une aguicheuse,
Une qui vous branche et vous allume,
Pour finir par t'apprendre une caresse ...

Des exceptions dans mes paysages de paradoxes ?
Chiche ?

21h23 - "Thanks you stars"

Là, c'est franchement du trop facile .. Vu les altitudes atteintes par la musique, il s'agit là du dernier plateau avant la plaine ... Une main qui s'approche, puis une autre .. Un truc qu'on ne peut pas vivre à vitese normale .. Cette humidité sur les lèvres qui t'attendent ... Et on observe sans inquisition des étoiles, des papillons. En connexion au réel. Quand on a dépassé le sens de l'évidence. Une force de sentiment. Y'a plus de dehors sinon si loin ...
Et certains moments pourraient presque prendre la forme de pause .. Des clins d'oeil. S'aimer sans langages illusoires. Quand on ne peut plus se disperser, quand la cristallisation sais deviner l'évidence pour la faconner comme si elle avait toujours été là .. De quoi parlons nous ? Des raisons qui donnent raison ? Merci les étoiles ... Un sourire en coin, une caresse en couverture, nos corps ne feront bientot plus que la meme température ...

21h27 - "Just like Heaven"


Un magicien de cordes ? Plusieurs ? Peaux tendues. Grosses cordes. Ce doit être un Trois-mats.
Juste pour rire tendre les bras avec tendresse autour du cou d'une inconnue. Une de celles qui s'enfuieraient avec vous pour cela. Mon image te parle ? Vient avec moi .. Dessine ! On peut partager des fautes de traits ... Et embrasser le ciel. Juste pour imaginer combien on va en avoir ensemble ... Tu veux compter les distances ? Alors qu'elles viennent de disparaitre .. Ne pas comprendre .. Ecouter la peau quand elle parle ... Ressentir l'ange et l'eau, la fièvre d'une rivière sauvage, comme dans un rêve ....
Les notes seraient des briques, on ferait des maisons de musique ... Tu te rends compte de l'importance des maçons dans une société ? Ne jamais dormir que pour pouvoir dire le prénom de l'autre .. Le souffler comme une présence, dans des au-delà de surprises ou d'indécences, des trucs de peaux, des moments vibratoires .. Quand on s'agite .. Comme un seul corps ....


21h31 - "I cried for you"

Tout est dit. de la pluie.
Une grande solitude.
Comprendre les fleurs alors ?
Parfois pleurer avec le ciel.

C'est lourd à porter le bonheur,
au rythme d'un paquebot océan,
Les vies qu'on apprends,
Celles qu'on attend.

La fragile solitude du monde.
Et soudain un instant d'attention,
Cette vie est peut-être à Toi
On apprend bien de la beauté des souffles.

21h34 - "I do believe in love"

Tout est improbable. Corrolaire : tout est possible ! Y'a ceux qui l'ont compris, et y'a les autres ... N'interdis rien. La seule Vie est ici. Listes des improbables pour annoncer ce que l'on croit .. Démonter sans trahir un mécanisme de précision que celui du sentiment qui t'enchaîne d'une situation à une autre dans la perception consciente et confiante de la réalité. Tout peut arriver, Mais rien ne sera sensible ni possible au changement sans avoir de peurs et de larmes. Croire en l'Amour, aimer son coeur, rayonner et ne pas trahir .. Quelquechose d'autre ? Rien. Et il suffit d'un autre .. Il est peut-être là ?
Attendez ! Je regarde ...

 

21h37 Fin de la balade

Et la contrabsse reprends son rythme ...

 

EDIT dimanche 9 octobre, 14h35

IaS, j'espère que tu ...

Et je réalise, au sens premier, que la création est un iceberg (encore un juif !) --> Une heure de création pure, à peine .. A multiplier par trois pour les relectures, polissages et autres choix ou précisions ... C'est bon. Toucher l'effort. C'est bon.

 

 

AnT, de chez Smith en face, musicien chanteur, high on a wire ;-)

xxx

Question : dois-je enregistrer ce texte ? 

Katie Melua - Piece by Piece

Edit 26 avril 2006 : nan rien. Intéressant d'impudeur ...

Bonus du 17 mai

Ajout d'une vidéo du 16 octobre 2005, sur L.C.I.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by AnT, de chez Smith en face - dans Intimités
commenter cet article

commentaires

AnT, 13/10/2005 01:10

hop .. P'tit erratum ...

Katie Melua devrait-être à la radio ce jeudi vers 14h00, mais pour enregistrer une session accoustique, sans doute diffusée courant novembre, lors de son passage en concert ...

à suivre !

Time will tell ...

AnT, de chez Smith en face
xxx

AnT, de chez Smith en face 11/10/2005 00:12

Katie passera jeudi 13 septembre 2005 au soir (à partir de minuit) sur RTL dans une séance accoustique que Georges Lang : top ...

Légère impatience ... ^^

AnT, de chez Smith en face, look (and ear) sharp ! :p
xxx

Inedire...

Guigner

Indices

Inedire est dédié à la mémoire de Roger Desjardins   


"C’est très beau un arbre dans un cimetière. On dirait un cercueil qui pousse."
(Pierre Doris)

Club privé, exhibitionniste



BlogueParade.com - Annuaire des Blogues francophones moins bons que le mien

Si vous connaissez un homme de l'art (de la gaudriole à tendance pas trop sérieuse) professionnellement hétérosexuel (de préférence) et tout disposé à sortir de l'indigence financière en laquelle l'enlise son peu d'études l'auteur, réalisateur et interprète de ces lignes, n'hésitez pas, je vous prie, à lui transmettre mes coordonnées... Inedire [at] hotmail.fr. Merci ! échantillons disponibles 

Je suis plus beau que Charles de Gaulle ... Et moins mort, aussi !

 

 

 
Rien à déclarer ?

France Inter Pourlessourds

Archives

Apophtegme



Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais.
[ Danny Oscar Wilde ]



A propos




Non, je n'ai pas prêté mon corps le temps de la réalisation de cette réclame.

Inedire est interdit aux anglais (les plombiers polonais seront tolérés, s'ils sont vaccinés)

Il y aurait actuellement    cellules cancéreuses dans votre corps, dont   qui viennent de se réveiller...  Mauvaise nouvelle, nope ?



Vous avez remarqué ? Le formulaire d'abonnement à la lettre d'infos est en haut, et à droite... Alors que cet espace est notoirement apolitique de gauche ! Curieux, non ?